> Animations culturelles> Expositions Archives

Exposition des clubs d'activité

Exposition du 3 au 30 juin 2015

Vernissage le 03 juin à 18h30

Expsoition des clubs d'activité présentant leurs travaux : Arts Plastiques, Expressions plastiques, Photos, Couture, Encadrement, Travaux d'aiguille, Peintures et patines, Rénovation de siège...

Clubs d'activité
Clubs d'activité

Eric Bouvet

Exposition du 04 au 31 octobre  2014

Vernissage le 11 octobre à 11h00

Dans le cadre des 26ème Photofolies

"Après avoir fait une trilogie mondiale avec « la Rainbow Family », au Brésil, aux USA, et en Slovaquie je m’enfonce dans les délires du « Burning Man ». Essayer d’expliquer ce qu’est le Burning Man à quelqu’un qui n’y est jamais allé est comme essayer d’expliquer à quoi ressemble une couleur particulière à un aveugle. Dès l’arrivée le « Man » m’avale, je suis pris dans un mélange de liberté, de fête, de délire collectif, de béatitude devant tant de sens artistique développé, d’énergie, de folie, bref j’y suis, bel et
bien et vais en profiter au maximum."

Eric Bouvet
Eric Bouvet

Guilhem Bonnefous

Exposition du 08 au 30 septembre  2014

Vernissage le 12 septembre à 18h30

Pochettes de disques

Prendre du temps pour écouter de la musique, s’occuper les mains, surtout ne rien diriger, s’apercevoir que des images s’imposent et que le lien avec le son se tisse... Des pochettes de disques instinctives et sonores... Du son plein les yeux.

Guilhem Bonnefous
Guilhem Bonnefous

Exposition des clubs d'activité

Exposition du 04 au 25 juin  2014

Vernissage le 04 juin à 18h30

Comme tous les ans, la MJC d’Onet propose à ses clubs
d’activité de montrer les travaux élaborés par les adhérents,
tout au long de l’année : arts plastiques, couture, tricot,
peintures et patines, encadrement, Expressions plastiques…
Club d'activité
Club d'activité

Tristan Francia "Fragments de temps et de passage

Exposition du 15 avril au 31 mai 2014

Vernissage le 22 avril à 18h30

Tristan Francia est réalisateur et vidéaste indépendant. Il nous propose une exposition multi facette et transversale, croisant les arts, avec les photos, exposées dans le cadre des photofolies à Decazeville et de la vidéo (un clin d’oeil au musée Soulages).


"Lorsque les murs parlent du temps, ils évoquent des sentiments... Ces fragments d’affiches du passé sont devenus l’histoire d’un passage d’aujourd’hui. Ce travail photographique s’est réalisé grâce à l’accumulation d’affiches encollées sur les murs de la station « Anvers » du métro parisien depuis plus d’un siècle. En 2009, la RATP a réalisé des travaux de modernisation et effectué un décarossage des stations de métro. C’est
à ce moment là que l’oeuvre apparaît. Des mots, des couleurs, des formes, de différentes périodes passées se mélangent pour créer un tableau éphémère qui ne durera que quelques jours. Le temps d’un passage...
Le temps d’un cliché... La photographie va cadrer ces fragments de temps pour en conter une histoire imaginaire. L’oeil du photographe se ballade et se pose sur ces portions d’affiches qui semblent vouloir s’exprimer.
Certains fragments utilisent le langage des mots, d’autres celui des gestes en essayant de se décoller du mur pour s’envoler. Les passagers du métro ne s’en aperçoivent pas... Alors, les fragments se réunissent pour former de grandes figures abstraites aux couleurs vives. Mais ils sont toujours coincés dans cette forme rectangulaire qui leur rappelle qu’ils proviennent tous d’une affiche. Pourquoi font-ils cela ? Serait-ce une envie de communiquer?
De s’échapper ? Ou tout simplement, ont-ils eux aussi envie de prendre le métro ? ...Ah... si les murs parlaient..."

Tristan Francia
Tristan Francia

Thierry Garin

Exposition du 5 février au 28 mars 2014

"Le point de départ c'est un trait dans un coin ou au milieu de la page il se nourrit de dessins d'enfants, de crapaud sous la pierre, d'un visage aperçu dans le lichen, du pain de poisson de ma grand mère ; le trait s'échappe, s'embrouille, se perd, contourne, revient et "surprise" apparait un tableau pour de vrai".

Thierry Garin
Thierry Garin

Hors Cadre éditions

Exposition du 04 décembre 2013 au 31 janvier 2014


"Encre et papier compris."

Hors Cadre éditions, structure associative de Villefranche de Rouergue s'illustre et présente ses travaux de micro-éditions : posters, affiches, livres, pochette K7/Cd, Vinyl, textile, fanzines...

Depuis 2011, Hors Cadre est un atelier de sérigraphie associatif, collectif, participatif et créatif...

Venez découvrir différents illustrateurs, dessinateurs, peintres...

Devoir de mémoire : prisonniers de guerre

3 expositions du 07 au 29 novembre 2013

1- 1940-1945 : les prisonniers de guerre français en Allemagne par le musée de la résistance et de la déportation d'Angoulême

2- Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944. Aquarelles et dessins.

3- Dessins de captivité à l'Oflag XIII A près de Nuremberg

Devoir de mémoire

Géraldine Lay "Failles ordinaires"

Exposition du 05 au 26 octobre 2013 dans le cadre des 25ème Photofolies

Entre 2005 et 2012, je me suis régulièrement rendue dans les pays du nord de l’Europe : Finlande, Suède, Norvège, Écosse, Danemark, ainsi qu’à Paris et Beauvais. J’avais l’impression d’être à la fois dans un univers familier mais aussi d’être plongée dans un monde étrangement extraordinaire.
Cette série est un mélange de portraits, d’objets trouvés et de paysages. Je photographie les passants comme s’ils étaient les acteurs d’une scène, les lieux comme s’ils étaient des décors de cinéma. Rien ne relie les villes que j’ai parcourues, seul mon imaginaire construit entre elles un récit improbable, une autre fiction. Les passants semblent jouer une pièce indéterminée, comme si chacun se mettait à vivre un songe fugitif. Ces visages croisés s’effacent derrière le rôle que mon regard leur assigne : la rue.

La fabrique de la paix

Exposition du 16 au 29 septembre 2013

avec la FOL de l'Aveyron

La Fabrique de la paix est une exposition interactive.
15 machines et plus de 40 activités interrogent les jeunes visiteurs sur les préjugés, le racisme, le sexisme, la violence, le phénomène du bouc émissaire, les discriminations.
Ces thèmes peuvent paraître difficiles, et on peut être réticent à les aborder avec un groupe d’enfants ou d’adolescents, justement à cause de leur complexité, ou par crainte de leurs réactions.
La métaphore de la « Fabrique » implique bien une attitude active du visiteur, qui doit accomplir des tâches et faire des choix. C’est cette interactivité qui permet La fabrique de la paix d’éviter une approche moralisante, dont on connaît l’inefficacité.
Le but de la visite est précisément d’ouvrir le dialogue, en poussant les jeunes à s’engager, à donner leur avis, mais aussi à le remettre
en question, et à mettre en lien ces questions générales avec leur vie quotidienne.

L'étrange été de Mr Jack

Du 02 au 13 septembre 2013

L’étrange été de Monsieur JACK est un périple à travers toute l’Europe où
les jeunes de la MJC sont en partis en quête de leurs racines européennes.
A la fois ludique et interactive, cette exposition propose de découvrir une
Europe vu par les jeunes à la fois culturelle, sportive, et citoyenne.
Un voyage qui mêle art graphique, vidéo, jeux où chacun peut participer.
Enfin, une exposition où l’on peut toucher tout ce que l’on voit.

Mr Jack

Exposition du Photo Club d'Onet

Fin juin/Juillet

Sélection des meilleurs clichés de l'année du Photo-Club d'Onet.

Régis Landès

"Le vil"

Du 6 au 24 mai 2013

Fervent partisan de l’anatomie artificielle, Régis Landès propose d’exposer les organes qui emplissent nos corps, de les dévoiler dans une beauté obscène et particulièrement plastifiée, d’exhiber le dedans dehors, comme une peinture de l’intime, au plus près. Disséquant les formes, écorchant le modèle il organise à plat et en relief le festin visuel. Archimboldo mais aussi scènes de chasse du XVIII e, installant avec délectation les prémisses du festin, lièvres, poissons, légumes sur table de cuisine, mais aussi plus brut, bien plus brut, Régis Landès montre, comme autrefois la tête de chèvre collée dans le tableau de Rauschenberg, le vil et le monstrueux qu’il y a à rentrer dans le corps de la peinture. Cette tentative de rentrer dans le corps est aussi celle de la pornographie californienne ou allemande, pro et amateur confondues. Les organes en déroulé ? Les entrailles exposées sur nappe pvc ? Qu’y voit-on ? Qu’y découvrirons-nous de nos désirs et de nos peurs ?

Olivier Peyricot.


Régis Landès
Régis landès

Christophe Liron

"Brut et doux..."

Du 3 au 30 avril 2013

La peau et les mots sont les vecteurs initiaux de l’art exercé par Christophe Liron depuis son plus jeune âge. A Millau, cité gantière où il a grandit et vit à présent, on ne dit pas « le cuir », on dit « la peau »... Il s’agit donc pour lui de jouer plus finement, plus subtilement avec une surface sensible qui se fait support de poésie écrite ou sculptée, protection ou interface. Tout à la fois guetteur et quêteur de sens, un peu chamane, il a déjà tiré du néant tout un peuple d’abîme et de peau, les fameux Mustoff’s, poupées de vide montées comme des tipis d’inanité à la face du monde, élaborés et confectionnés en France puis pour partie au Maroc où ils a fait école avant de s’en réapproprier le « faire »… Ainsi naissent essentiellement des œuvres en 3 dimensions; ses livres même se font « objets », ses personnages se statufient souvent autour du vide, ses tableaux deviennent généralement volumes : petits théâtres d’une rencontre improbable d’objets dans le « cadre » de singulières histoires qu’il connaît par cœur et d’avant, et qu’il nous raconte, faisant ressurgir un patrimoine commun oublié ou prémonitoire, lequel vient souvent remettre en cause les destinées même comme autant d’infinis que la vie se plairait à transformer. Parfois conjugués en installations dilatées dans l’espace, ces associations précieuses et brutes d’objets sensés et fragments agencés puis façonnés parlent toujours un langage aux signes intarissables. Christophe Liron est un traducteur de l’invisible qu’il enchâsse avec bonheur de manière intemporelle dans la matière.

J. Robin

Christophe Liron
Christophe Liron

Autoportraits d'Antonin Artaud (reproductions)

Du 1er mars au 31 mars 2013

Dès son adolescence jusqu'à la veille de sa mort en 1948, Antonin Artaud n'a cessé d'exprimer sa difficulté d'être dans des écrits nombreux et déchirants ; ce que l'on sait moins, c'est qu'il a aussi exprimé cette souffrance d'exister par des autoportraits.

Du bel acteur qu'il fut dans les années vingt, au vieillard édenté des années quarante, c'est ce regard lucide et sans concession porté sur lui-même, que l'exposition, organisée en partenariat avec l'association "Rodez-Antonin Artaud", vous propose de découvrir.

Antonin Artaud par Man Ray
Antonin Artaud par Man Ray

Hommage à Jérôme Bernal

Hommage à Jérôme Bernal (1921-1978)

Du 14 janvier au 28 février 2013.

Exceptionnellement les œuvres de Jérôme Bernal seront exposées de janvier à février 2013 à la MJC d'Onet Le Château.

L'œuvre de Jérôme Bernal est intense,engagée,très apparentée à ce que nous collectionnons-1995.

L'œuvre de Jérôme Bernal est effectivement très inventive, percutante, haute en couleurs.Elle mériterait d'être mieux connue.-1998

C'est ainsi que  Michel Thévoz, conservateur du musée de l'art brut à Lausanne de 1976 à 2001, voyait l'œuvre de Jérôme Bernal .


Jerome Bernal
Jérôme Bernal

Les personnages illustres de notre jeunesse en puzzle

- Exposition du 05 décembre 2012 au 02 janvier 2013

« Mes années télé en puzzle »

Jérôme-David Inigo nous propose de présenter sa collection inédite et hors du commun de puzzle, sur les séries et dessins animés des années fin 60 jusqu’au début des années 90. L’accent sera mis notamment sur les années 80 avec les séries aujourd’hui faisant parti des classiques mangas : Goldorak, Albator, Ulysse 31, Capitaine Flame. Une exposition ludique, donc, illustrant parfaitement en quoi la culture populaire peut devenir une culture de référence, et même parfois engendrer une forme de culte, une nostalgie des années passées (il n’y a qu’à voir ce retour des années 70 et 80 aujourd’hui). Se sera l’occasion aussi de s’intéresser à ce phénomène de la collection, et plus particulièrement celle du céphalocastophile (collectionneur de casse-tête et puzzle) et de s’interroger sur ses pratiques…


Puzzle
Puzzle

Gérard Truilhé et les éditions Trames

“De plomb et de lumière » Gérard Truilhé et les éditions Trames

Gérard Truilhé édite depuis de nombreuses années des livres d’art, des « livres libres », comme il se plait à l’expliquer, confrontant des textes de poètes à des peintres (Yves Bonnefoy, Bernard Noël, Soulages, Michel Cure…). Leur tirage est très limité, ce qui en fait des objets d’art unique.

Cette exposition sera aussi l’occasion de s’intéresser de prêt à une forme d’imprimerie spécifique, à la typographie, la lithographie et ces formes d’artisanat aujourd’hui « rares »…
Gérard Truilhé
Gérard Truilhé

Eric Lusito

“Traces de l’empire soviétique » dans le cadre des photofolies 2012

Dans son premier projet « Traces de l’empire soviétique » Eric Lusito investit les modes de fabrication de l'histoire. Il a voyagé tel un archéologue à travers l’ancien monde soviétique, d’Allemagne de l'Est à la Mongolie et de la Pologne au Kazakhstan, à la recherche de ces sites militaires qui incarnaient l'ambition et la puissance de l’URSS.

Ces bâtiments et structures militaires aujourd’hui en ruines, sites longtemps tenus cachés qui formaient le coeur du système soviétique, avec leurs symboles de la toute puissance de l’empire qui semblait autrefois invulnérable, nous informe sur le pouvoir et l’influence des militaires sur les peuples des pays du bloc soviétique et reflètent à leur tour la désintégration de l’URSS. Ruines d’une civilisation moderne disparue, ces lieux du pouvoir sont voués à la disparition au gré des caprices du temps. Les militaires sont partis mais bien plus a été abandonné.

Eric Lusito est un jeune photographe français. Sa première monographie est publiée par l'éditeur anglais Dewi Lewis. Son travail fait partie des collections permanentes du nouveau Musée des Civilisations Europe Méditerranée à Marseille, du Fonds Régional Contemporain de Bretagne et du Kyosato Museum of Photographic Arts au Japon.

Eric Lusito
Eric Lusito

Léopold Scigala

Léopold Scigala "Chromogène"

Du 03 au 28 septembre 2012

" J'ai grandi dans une famille peu bavarde. J'ai compris tôt que le dessin me permettrait de m'exprimer sans contrainte.
Je propose une traduction graphique du monde qui m'entoure et me situe comme un fabricant d'images au service d'une intention.
Je suis en quête de l'alchimie qui s'opère entre la couleur, le pigment, le liant, le support...
L'Image créée comme un prétexte à la rencontre..."

Rétrospective du travail de Léopold Scigala, peintre/illustrateur aveyronnais. De son travail d’école (monotype) à la peinture à l’huile, le parcours d’un artiste atypique. Un travail sur le portrait, le reflet de soi, le reflet des autres…

léopold Scigala

Histoire des MJC

Histoire des MJC

Septembre 2011

Histoire des MJC

Marie-Christine Schrijen

Photofolies 2011

Du 1er au 23 octobre 2011

Marie-Christine Schrijen

Didier Estival 

Didier Estival "Demeure"

5 Décembre  2011 au  6 Jan 2012

La structure de mes DeMeures est basique et répétitive. Plus haute que large, le toit en circonflexe, la forme reprend les dessins d’enfants de 4 à 6 ans.

Cette verticalité est habitée par des manifestations le plus souvent corporelles, douloureuses, angoissantes ou fantasmées.

Vécues comme métaphore du corps, elles sont le siège de toutes les tensions, elles n’ont valeur ni d’abri ni de protection. Elles n’ont donc pas de dimensions fonctionnelles, on n’y boit pas, on n’y mange pas, on n’y dort pas. On y naît peut-être, on y souffre apparemment autant que l’on y joui, on y meurt parfois, on y vit probablement.

Leur absence de profondeur architecturale, exclue la possibilité d’un intérieur ou d’un extérieur. Les problématiques corporelles qui y sont associées, ne proviennent alors, ni du dedans, ni du dehors, mais se situeraient plutôt dans un entre- deux indéfinissable.

Structure factice, plate, comparable à un décor de théâtre ou de cinéma dans la tradition hollywoodienne. Derrière ce décor, il y a l’absence, le vide qui laisse place à une production consciente ou inconsciente relevant de la sphère de l’intime.

Didier Estival

Didier Estival
Didier Estival

Jean-Jacques Valencak

Jean-Jacques Valencak "Métavisions"

Du 2 novembre 2011 au 03 décembre 2011

Jean-Jacques Valencak

Jacques Sénesse

29 mars > 28 avril

En nos régimes démocratiques non soumis aux « pensées uniques » des dictatures et des religions monothéistes qui depuis des siècles, ont eu pour résultat effrayant, des immenses massacres en France ; les arts jouissent d’une liberté d’expression hors des idées reçues, des convenances afin de toucher les esprits, les sensibilités de ceux qui les pratiquent et peuvent les exposer.
Ils sont des messages hors censures des incitations aux partages, aux évolutions, aux joies sans craindre les pudibonderies hypocrites des « bien pensants ».

- Jacques Sénesse -

Jacques Sénesse